Vos débouchés

La spécificité de la formation assure une embauche certaine chez les diplômés de la section. Ainsi, les étudiants diplômés de la section « électronique médicale » sont bachelier en électronique médicale - vos débouchéssollicités dès la fin des études en vue de travailler dans le milieu hospitalier ou chez les fabricants d’appareillage en électronique médicale. Ils assurent dans le secteur hospitalier le contrôle et la maintenance des appareils électroniques que l’on trouve principalement dans les salles d’opération et les salles de réanimation. Dans le secteur de l’industrie de fabrication de l’appareillage en électronique médicale, ils participent au développement des appareils en concevant notamment des systèmes d’interfaçage et de communication entre les équipements médicaux et les utilisateurs.

Si la plupart des étudiants choisissent les nombreux débouchés offerts par les secteurs évoqués, certains n’hésitent pas à s’engager également dans des postes liés à la maîtrise des connaissances en électronique. Parmi ces postes, on relève notamment des rôles de consultant, producteur, distributeur d’équipements électroniques et de systèmes embarqués, gestionnaire d’équipements (adaptation, maintenance et validation), développeur et concepteur de systèmes électroniques spécifiques et responsable de production dans le secteur électronique.

 

Témoignages d'anciens étudiants

Michael Dourte - diplômé en 2012

Comme son nom l'indique, la section électronique médicale propose une formation technique et accessible dans les domaines de l'électronique et du médical. La section et l'encadrement du corps enseignant sont "à taille humaine", il y a beaucoup de proximité avec les professeurs, contrairement à d'autres institutions où l'on a parfois l'impression de n'être "qu'un numéro parmi d'autres". Les débouchés sont très nombreux car le diplôme a de multiples facettes et permet d'ouvrir beaucoup de portes. On trouve rapidement du travail dès la fin de la troisième année.

Aujourd'hui je suis technicien au quartier opératoire du CHU de Liège où je travaille en collaboration avec bon nombre d'anesthésistes. C'est un choix d'études que je ne regrette pour rien au monde, c'est un métier passionnant. Alors si tu désires rejoindre la grande famille des techniciens biomédicaux, tu es au meilleur endroit qui soit !

Alexis Martin - diplômé en 2012

Diplômé en électronique médicale lors de la promotion 2011-2012, j'ai directement eu quelques offres d'emploi. J'ai notamment été contacté par l'hôpital Brugmann et par le CHU Ambroise Paré à Mons qui souhaitaient m'engager en tant que biotechnicien. Cependant comme j'ai été diplômé assez jeune (20 ans) je ne souhaitais pas vraiment travailler tout de suite, j'ai donc refusé ces offres d'emploi et je me suis inscrit à l'Institut Supérieur Industriel Bruxellois (ISIB) en option Génie Physique et Nucléaire. Ce qui m'a intéressé dans ce cursus, c'est que je pouvais me spécialiser dans un domaine particulier : la radioprotection du patient. De cette façon, je peux rester dans le domaine médical que j'apprécie fortement tout en me spécialisant. Je suis pour l'instant en 3ème année passerelle à l'ISIB. L'année passerelle de bachelier en ingénieur industriel n'est pas forcément dure, à condition de bien travailler et de s'y mettre directement!

Thomas Kesteman - diplômé en 2012

[...] Dès le début, je me suis senti à l’aise dans cet environnement qui était en partie la continuité de mes précédentes études (A2 en électronique). Les professeurs prenaient bien soin de reprendre les bases afin de mettre tout le monde au même niveau.
L’enseignement était motivant et structuré afin d’ouvrir notre esprit de manière générale au monde qui nous entoure ainsi que de nous permettre de nous spécialiser vers les futurs emplois propres à la formation.

J’ai pour ma part poursuivi par une passerelle en informatique à la Haute Ecole Léonard De Vinci et celle-ci s’est très bien passée ; j’y poursuis donc actuellement mes études.

Je remercie le corps enseignant pour son attention aux étudiants, ce qui est pour moi le grand avantage d’une Haute Ecole (l’humain reste présent au cours de la formation). Je remercie également nos secrétaires toujours disponibles pour la moindre de nos questions. Si je dois ne retenir qu’une seule chose, c’est la relation particulière élèves-enseignants que l’on atteint au bout de notre cursus. Un étudiant aura toujours plus de motivation quand il est entendu comme un humain à part entière et non comme un numéro.

Go to top